Police Dynamics

To promote the principles of good character, effective leadership and honorable service throughout the law enforcement, government, and business communities.

http://policedynamics.com/

Police Dynamics Media

Police Dynamics is a character-based leadership program developed by Sheriff Ray Nash (ret.) of Dorchester County, SC. Based on a series of leadership principles called “dynamics”, the program is designed to make law enforcement agencies more powerful and effective. To date, Sheriff Nash has trained over 10,000 law enforcement officials and government leaders from around the world in the principles of Police Dynamics, including the Romanian National Police, the Sierra Leone National Police and the Moscow Police Command College. He is currently serving in Afghanistan as a Police Program Advisor for the Department of State at the US Embassy in Kabul. Recently, Sheriff Nash has been assigned to the International Police Coordination Board Secretariat where he serves as the Rule of Law Coordinator.

Voir l’article original

Laldja : « On est une cible »

Abolition du système prostitueur

Il. Jamais Laldja n’a prononcé le nom de celui dont elle dit : je voudrais qu’il ne soit plus vivant. Son obsession ? Que d’autres jeunes femmes ne tombent pas dans le piège. C’est la raison qui l’a poussée à porter plainte et à témoigner.

Tout a commencé en 1991. Laldja avait 20 ans. Elle tenait une pâtisserie en Tunisie, à Nabeul. Son rêve ? Voyager. Elle fait alorscropped-abologo.jpg la connaissance d’un Français, marié, qui lui propose un certificat d’hébergement pour lui permettre de venir à Paris. C’est là qu’elle entame avec lui une liaison et que se noue le premier piège : Il m’a proposé de faire des photos ; des photos un peu osées. Il avait déjà plus de 60 ans, mais était très séduisant, très beau parleur. C’était difficile de lui dire non. Ensuite, commencent le harcèlement, les menaces d’envoi des photos à la famille ou à la police.

Pour…

Voir l’article original 2 585 mots de plus

Droits des détenus (Art. 3, 8 et 13 CEDH) : Les acquis européens de la protection des détenus à l’épreuve de la casuistique

La Revue des Droits de l'Homme


par Nicolas Hervieu


     Cristalliser solennellement des principes protecteurs est une chose. Les appliquer et les mettre constamment à l’épreuve des faits en est une autre. Deux solutions rendues par la Cour européenne des droits de l’homme en octobre 2013 en offrent l’éloquente illustration. Et ce, dans un domaine ô combien crucial : les droits des détenus. Ainsi, dans une décision Khider c. France puis un arrêt J. c. Luxembourg, la juridiction européenne a formellement rappelé les principes européens qui encadrent les fouilles corporelles intégrales ainsi que d’autres mesures de sécurité appliquées notamment aux « détenus particulièrement signalés ». Mais leur déploiement dans les circonstances de l’espèce attestent d’une inflexion qui, sans dire son nom, n’en est pas moins notable. Or il importe que l’esprit de casuistique qui irrigue parfois le raisonnement européen n’aille pas jusqu’à saper insidieusement les fondements d’un édifice de protection acquis de haute lutte.


      « Si la sentence…

Voir l’article original 7 261 mots de plus

The Crimes of a Shaolin Master : Behind the Mask of an Imposter – Los crímenes de un maestro Shaolin: detrás de la máscara de un impostor – Les crimes d’un maître Shaolin: derrière le masque de l’imposteur

téléchargement (1)

ENGLISH VERSION

This article was written especially for Gary C. King’s True Crime Blog.

(http://www.truecrimeking.com/ and http://truecrimeking.blogspot.fr/)

I thank my friend Gary C.King who gave me this opportunity to share my work in criminology research and publications.

The original article was previously available on Gary C.King True Crime Blog (NB : blog deleted by the owner)

 http://truecrimeking.blogspot.fr/2013/11/the-crimes-of-shaolin-master-behind.html?spref=fb 

http://www.truecrimeking.com/?deeplink_referrer=socialB_facebook%2F#!The-Alleged-Crimes-of-a-Shaolin-Master-Behind-the-Mask-of-an-Imposter-by-Audrey-Jacob/cvtp/43E212B5-3A61-46E4-834F-14F844B3B50E

While I was on holiday in the Basque Country in May 2013, in Bilbao (Biscaye), I heard about a terrible murder case involving prostitutes as victims, killed by a false Shaolin master called Juan Carlos Aguilar who who taught ZEN4  martial arts training courses in his gymnasium.

I will now present you my personal analysis based on press reports and undergoing investigations.

The victims

Jennifer Sofía Rebollo Tuirán, a 40-year-old Columbian woman, whose dismembered remains were found in the suspect’s gymnasium, stashed there in bags.

She had two children from two Spanish fathers. She moved to Spain 14 years ago to have a better life after her first son died after being run over by a car in Columbia.

She was identified by the police as a prostitute but lived with a brother in the Zabalburu suburb, precisely where Otuya Ada Maureen, another alleged victim of the false Shaolin master, resided. dedicated to this activity. Police believe she was killed on May 25, 2013.

Her friends deny she was a prostitute as she officialy worked as an esthetician and hairdresser, but admit that recently she was going through a rough patch.

Alberto Galindo, president of the Association of Colombians (Asocolvas), said that she had been employed in a hair salon in Bilbao for several years, but didn’t exercise her profession there for a long time.

Otuya Ada Maureen, a 29-year-old Nigerian woman, was savagely beaten and died a few days later, after she was discovered by the Ertzaintza, the police force in that locale.

She tried to escape from the gymnasium but was caught by Juan Carlos Aguilar and a neighboor assisted at the scene and called the police.

She was discovered with her hands, feet and neck bound with a ribbon and ropes.

In June, as Aguilar admited to have thrown human remains next to Deusto University (Bilbao) in the Nervion River, the local Police searched for other bodies and found plastic bags which contained them.

The actual number of victims isn’t known yet, so only Aguilar’s revelations can help investigators solve the case.

In addition, there is no evidence of whether the victims were raped or not.

The criminal

Juan Carlos Aguilar was born in Bilbao on September 7th, 1965.

He changed his name for more a oriental one: Huang.

Little is known about his youth, but he build a mediatic and positive identity using social media and videos, sharing messages of peace and control of mental and physical energy.

In one of them, as honorable founder of the Buddhist Monastery «the Ocean of Tranquility», he appeared able to cure himself from a heart attack.

Actually, we know that most of his declarations are false, especially regarding his buddhist experience. The Spanish Federation of Karate doesn’t recognize his authority.

As a matter of fact, we can tell he suffers psychopathological disorders, in part due to his narcissistic and megalomaniac behaviors, and he has shown he was able to play a role to satisfy his own interests.

His modus operandi before, during and after his crime, and the signature, reveal an organized criminal personality:

– He fit well into society.

– He is out-going and has a manipulative manner, thanks to his chameleon personality.

– He selected victims he could control and dominate.

– The site of the attack: we know the two first victims were prostitutes living in a suburb well-known for this activity and most of the prostitutes there were called las casi muertas,or the nearly dead, because they accept itinerant and highly risked dates for little money.

– Some accounts tell that Aguilar may have been a regular client of these prostitutes.

– The crime scene reflects controlled rage: ropes, ribbon and evidence of torture on the bodies of the victims.

-The police are about to examine some personal effects and documentation of possible other victims. Some of his activities are seen as fetishes.

– The fact that he dismembered his first victims – he told the police he killed them five years before – highlights that he first wanted to hide his crimes and make the identification of the victims difficult, but on the other hand, he took risks to be noticed, for example throwing human remains in plastic bags in a public place (Deusto university).

The evolution in the case of Jennifer Sofía Rebollo Tuirán is that he kept her humain remains in plastic bags in his gymnasium: he took more and more risks to be exposed.

What was the reason? Did it represent a trophy? A way to remember and replay his fantasies mentally …. or was it a sign that he wanted the police to catch him ?

His most grave error was the escape of the last victim, Otuya Ada Maureen, and the resulting testimony of the neighbor who called the police.

Other criminals have, of course, committed similar subconsciously deliberate mistakes that led to their arrests.

Responsibility or irresponsibility?

Aguilar suffers a brain tumor.

According to the various damaged zones, a brain tumour could cause mental disorders like personality change, amnesia, schizophrenia, alteration in sexual behavior, aggressive behavior, etc.

Were the murders a consequence of this fact?

Or was Aguilar really conscious of murdering and torturing these women?

VERSION CASTELLANA
Escribí este articulo especialmente para el blog Gary C. King’s True Crime Blog.

Muchísimas gracias a mi amigo Gary C.King quien me ha dado la oportunidad de compartir mi trabajo de investigación sobre criminología y mis publicaciones.

El articulo original fue previamente disponible en Gary C.King True Crime Blog (blog cancelado por su propietario) 

 http://truecrimeking.blogspot.fr/2013/11/the-crimes-of-shaolin-master-behind.html?spref=fb 

http://www.truecrimeking.com/?deeplink_referrer=socialB_facebook%2F#!The-Alleged-Crimes-of-a-Shaolin-Master-Behind-the-Mask-of-an-Imposter-by-Audrey-Jacob/cvtp/43E212B5-3A61-46E4-834F-14F844B3B50E

Mientras estaba de vacaciones en el País Vasco en mayo de 2013, en Bilbao (Vizcaya), me enteré de un caso de asesinato horrible que implicaba prostitutas como víctimas, asesinadas por un falso maestro Shaolin llamado Juan Carlos Aguilar, quien enseñaba artes marciales  en su gimnasio el zen4.

Aqui les presentaré mi análisis personal basada sobre los informes de prensa e investigaciones pendientes.

Las víctimas

Jennifer Sofía Rebollo Tuirán, una mujer colombiana de 40 años de edad, cuyos restos desmembrados fueron encontrados en el gimnasio del sospechoso, escondido allí en bolsas.

Tenía dos hijos de dos padres españoles. Ella se trasladó a España hace 14 años para tener una vida mejor después de que su primer hijo murió tras ser atropellado por un coche en Columbia.

Ella fue identificada por la policía como una prostituta, pero vivía con un hermano en el suburbio de Zabalburu, precisamente donde Otuya Ada Maureen, otra presunta víctima del falso maestro Shaolin, residía. dedicándose a esta actividad. La policía cree que fue asesinada el 25 de mayo de 2013.

Sus amigos niegan que ella era una prostituta ya que ella oficialmente trabajaba como esteticista y peluquera, pero admiten que recientemente estaba pasando por una mala racha.

Alberto Galindo, presidente de la Asociación de Colombianos, dijo que había sido empleada en un salón de belleza en Bilbao durante varios años, pero no ha ejercido su profesión allí por un largo tiempo.

Otuya Ada Maureen, una mujer nigeriana de 29 años de edad, fue salvajemente golpeada y murió unos días más tarde, después de que fue descubierta por la Ertzaintza (policía de esa localidad).

Ella trató de escapar del gimnasio, pero fue capturada por Juan Carlos Aguilar y un vecino testigo de la escena llamó a la policía.

Ella fue descubierta con sus manos, pies y cuello atados con una cinta y cuerdas.

En junio, según Aguilar admitió haber arrojado restos humanos junto a la Universidad de Deusto (Bilbao) en la ría del Nervión, y la policía local ha buscado por lo tanto otros cuerpos y encontró bolsas de plástico que los contenían.

Se desconoce el número real de víctimas y sólo las revelaciones de Aguilar pueden ayudar a los investigadores a resolver el caso.

Además, no hay evidencia de que las víctimas fueron violadas o no.

El criminal

Juan Carlos Aguilar nació en Bilbao el 7 de septiembre de 1965.

Cambió su nombre por uno más oriental: Huang.

Poco se sabe de su juventud, pero se ha construido una identidad mediática y positiva con los medios sociales y videos, compartiendo mensajes de paz y de contról de la energía mental y física.

En uno de ellos, se presenta como el fundador del monasterio budista «el Océano de la Tranquilidad», capaz de curarse a sí mismo de un ataque cardiaco.

En realidad, sabemos que la mayoría de sus declaraciones son falsas, especialmente en relación con su experiencia budista. La Federación Española de Karate no reconoce su autoridad.

De hecho, podemos decir que sufre un trastorno psicopatológico, en parte debido a su comportamiento narcisista y megalómano, y ha demostrado que era capaz de jugar un rol para satisfacer sus propios intereses.

Su modus operandi antes, durante y después de su crimen , y la firma , revelan una personalidad criminal organizada :

– Se ajusta bien a la sociedad.

– Sale bien en la sociedad y posee una habilidad para manipular, gracias a su personalidad camaleónica.

– Seleccionaba a víctimas que podía controlar y dominar.

– El lugar del ataque : sabemos que las dos primeras víctimas eran prostitutas que vivían en un barrio conocido por esta actividad y a la mayoría de las prostitutas se les llamaba las « casi muertas » porque aceptan itinerantes y muy arriesgadas citas por poco dinero.

– Algunos relatos dicen que Aguilar pudo haber sido un cliente regular de estas prostitutas

– La escena del crimen refleja una rabia contenida : cuerdas, cinta y la evidencia de la tortura en los cuerpos de las víctimas.

– La policía está a punto de examinar algunos de los efectos personales y documentación de otras posibles víctimas,  objetos considerados como fetiches .

– El hecho de haber desmembrado a sus primeras víctimas – dijo a la policía que mató cinco años antes – pone de relieve que primero quería ocultar sus crímenes y dificultar la identificación de las víctimas, sino por el contrario , tomó riesgos: por ejemplo, tirando los restos humanos en bolsas de plástico en un lugar público ( universidad de Deusto ) .

La evolución en el caso de Jennifer Sofía Rebollo Tuirán es que consirvió los restos humanos en bolsas de plástico en el gimnasio: corrió más y más riesgos de ser confundido.

¿Cuál fue la razón? ¿Representaban un trofeo? Una manera de recordar y reproducir sus fantasias mentalmente …. o una señal de que quería ser arrestado por la policía ?

Su más grave error fue el escape de la última víctima, Otuya Ada Maureen, que permitió el testimonio del vecino que llamó a la policía.

Otros delincuentes, por supuesto, cometieron de manera inconsciente pero deliberada similares errores, que conducieron a su arresto.

¿ Responsabilidad o irresponsabilidad?

Aguilar sufre un tumor cerebral.

Según las diferentes zonas dañadas, un tumor cerebral puede causar trastornos mentales, como cambios en la personalidad, amnesia, esquizofrenia, alteraciones en el comportamiento sexual, comportamiento agresivo, etc.

¿Los asesinatos de Aguilar han sido la consecuencia de este hecho?

¿ O fue realmente consciente de asesinar y torturar a estas mujeres?

VERSION FRANCAISE

Cet article a été écrit spécialement pour Gary C. King’s True Crime Blog (http://www.truecrimeking.com/ et http://truecrimeking.blogspot.fr/).

Je remercie mon ami Gary C.King qui m’a donné l’occasion de partager mon travail de recherches en criminologie et mes publications.

L’article original était disponible sur Gary C. King’s True Crime Blog (blog supprimé par son propriétaire)

 http://truecrimeking.blogspot.fr/2013/11/the-crimes-of-shaolin-master-behind.html?spref=fb 

http://www.truecrimeking.com/?deeplink_referrer=socialB_facebook%2F#!The-Alleged-Crimes-of-a-Shaolin-Master-Behind-the-Mask-of-an-Imposter-by-Audrey-Jacob/cvtp/43E212B5-3A61-46E4-834F-14F844B3B50E

Pendant que j’étais en vacances dans le Pays Basque en mai 2013, à Bilbao (Biscaye), j’ai entendu parler d’assassinats terribles dont les victimes étaient des prostituées, tuées par un faux maître Shaolin appelé Juan Carlos Aguilar, qui enseignait les arts martiaux dans son gymnase le Zen4.

Je vais maintenant vous présenter mon analyse personnelle fondée sur des rapports de presse et les investigations en cours.

Les victimes

Jennifer Sofía Rebollo Tuirán, une femme colombienne de 40 ans, dont les restes démembrés ont été retrouvés dans le gymnase du suspect, cachés là dans des sacs.

Elle a eu deux enfants de deux pères espagnols. Elle a déménagé en Espagne il ya 14 ans pour avoir une vie meilleure après que son premier fils soit décédé, renversé par une voiture en Colombie.

Elle a été identifiée par la police comme une prostituée, mais vivait avec son frère dans la banlieue Zabalburu, précisément là où résidait Otuya Ada Maureen, une autre victime présumée du faux maître Shaolin, qui se dédiait à cette activité.

La police pense qu’elle a été tuée le 25 mai 2013.

Ses amis nient qu’elle ait pu être une prostituée alors qu’elle travaillait officiellement comme une esthéticienne et coiffeuse, mais ils admettent que récemment elle traversait une mauvaise passe.

Alberto Galindo, président de l’Association des Colombiens, a déclaré qu’elle avait été employée dans un salon de coiffure à Bilbao il y a plusieurs années, mais n’y a pas exercé longtemps.

Otuya Ada Maureen, une jeune femme nigériane de 29 ans, a été sauvagement battue et est morte quelques jours plus tard, après avoir été découverte par la Ertzaintza, la police locale.

Elle a essayé de s’échapper de la salle de gym mais a été rattrapée par Juan Carlos Aguilar et un voisin ayant assisté à la scène a appelé la police.
Elle a été découverte avec les mains, les pieds et le cou liés avec un ruban et des cordes.

En Juin, Aguilar avoue avoir jeté des restes humains à côté de l’Université de Deusto (Bilbao) dans le fleuve Nervion, la police locale a donc cherché d’autres restes de corps et a trouvé des sacs en plastique qui les contenaient.

Le nombre réel de victimes n’est pas encore connu, de sorte que seules les révélations de Aguilar peuvent aider les enquêteurs à résoudre l’affaire.

En outre, il n’existe aucune preuve du fait que les victimes aient été violées ou non.

Le criminel

Juan Carlos Aguilar est né à Bilbao le 7 Septembre 1965.
Il a changé son nom pour en adopter un plus oriental: Huang.

On en sait peu sur sa jeunesse, mais il s’est construit une identité médiatique positive et a su utiliser pour cela les médias via les réseaux sociaux et des vidéos, partageant des messages de paix et de maîtrise de l’énergie physique et mentale.

Dans l’une d’elles, il se présente comme fondateur du monastère bouddhiste «l’Océan de Tranquillité», capable de s’auto-guérir d’une crise cardiaque.

En réalité, nous savons que la plupart de ses déclarations sont fausses, en particulier en ce qui concerne son expérience bouddhiste.

La Fédération espagnole de karaté ne reconnaît pas son autorité.

Nous pouvons dire qu’il souffre de troubles psychopathologiques, en partie à cause de ses comportements narcissiques et sa mégalomanie, et il a montré qu’il était capable de jouer un rôle pour satisfaire ses propres intérêts.

Son modus operandi avant, pendant et après son crime, et sa signature, révèlent une personnalité criminelle organisée :

– Il s’adapte bien à la société .
– Il plaît facilement et a une attitude manipulatrice, que lui confère sa personnalité caméléon.
– Il a choisi des victimes qu’il pouvait contrôler et dominer.
– Le lieu de l’agression : nous savons que les deux premières victimes étaient des prostituées vivant dans une banlieue bien connue pour cette activité et la plupart d’entres elles sont appelées « Las casi muertas », ou « les presque mortes », parce qu’elles acceptent des rendez-vous itinérants et risqués pour peu d’argent.

– Certains disent qu’Aguilar a pu être un client régulier de ces prostituées.
– La scène du crime reflète une rage contrôlée : cordes, ruban et des preuves de torture sur les corps des victimes .
– La police est sur ​​le point d’ examiner quelques effets personnels et les papiers d’éventuelles autres victimes. Certains objets sont considérés comme des fétiches .
– Le fait qu’il ait démembré ses premières victimes – il dit à la police les avoir tuées il y a cinq ans – laisse supposer qu’il a d’abord voulu cacher ses crimes et rendre l’identification des victimes difficile, mais d’un autre côté , il a pris des risques d’être découvert, par exemple en jetant les restes humains dans des sacs en plastique dans un lieu public (université Deusto ) .

L’évolution dans le cas de Jennifer Sofía Rebollo Tuirán, c’est qu’il a gardé les restes du corps dans des sacs en plastique dans son gymnase: il a couru de plus en plus le risques d’être arrêté.

Quelle était la raison? Le corps représentait-il un trophée? Une façon de se souvenir et de rejouer mentalement ses fantasmes …. ou était-ce un signe qu’il voulait que la police le rattrape ?

Sa plus grave erreur a été la fuite de la dernière victime, Otuya Ada Maureen, et le témoignage résultant du voisin qui a appelé la police.

D’autres criminels ont, bien sûr, commis de les mêmes erreurs,  délibérément bien qu’ils n’en soient pas conscients, qui ont conduit à leur arrestation.

Responsabilité ou de l’irresponsabilité?

Aguilar souffre d’une tumeur au cerveau.

Selon les différentes zones endommagées, une tumeur au cerveau peut provoquer des troubles mentaux, comme un changement de personnalité, l’amnésie, la schizophrénie, la modification du comportement sexuel, un comportement agressif, etc

Les meurtres étaient ils la conséquence de cet état de fait?

JUSTICE FRANCAISE : CRITIQUE ET AUTO-CRITIQUE

217948_3260316725698_1708292848_a

J’ai décidé dans ce post de vous présenter des ouvrages de victimes d’erreurs judiciaires, hommes de loi et anciens détenus témoignant de leur vision de la Justice, alliant critique et auto-critique de l’institution judiciaire dans son ensemble.

innocent-les-ravages-de-l-erreur-judiciaire-de-eric-dupond-moretti-960433555_ML

Un monde d’idées d’ Eric Dupond-Moretti, avocat pénaliste, co-auteur avec Loïc Sécher de « Le calvaire et le pardon », aux éditions Michel Lafon

http://dai.ly/x15daqn

998927_475514319211871_288684192_n

Gabi Mouesca présente son nouveau livre “Luttes en prison – Témoignages”, œuvre de 130 pages qui relate 31 histoires de luttes pendant son incarcération.

Sorti en 2001 après 17 ans de prison, il emploie encore le “nous” pour parler des prisonniers. “Borrokak presondegian – Lekuko” est également disponible en basque.

La France est condamnée pour violation de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir mis 16 ans à le juger. À sa sortie en juillet 2001, il devient chargé de mission sur les prisons à la Croix-Rouge, poste qu’il quitte peu après être devenu président de l’OIP.

Président de l’Observatoire International des Prisons (OIP) de 2004 à 2009, il entre par la suite au siège national d’Emmaüs France en tant que chargé de mission prison.

Il sera chargé de mener une expérimentation sociale sur trois départements dont l’objectif est d’imaginer un dispositif facilitant la réinsertion des prisonniers les plus pauvres, via un aménagement de peine.

http://sco.lt/7iL4LZ

379665_610108862342019_1300844928_n

 » Aux côtés des détenus. Un avocat contre l’Etat  » d’Etienne Noël

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/prisons-me-etienne-noel-l-avocat-pionnier-des-taulards_1243423.html

51Y49HtAbzL._AA278_PIkin4,BottomRight,-49,22_AA300_SH20_OU08_

«Dernier Jugement avant liquidation» de Gilbert Thiel

http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/884721-interviewe-juge-gilbert-thiel-livre-dernier-jugement-avant-liquidation

http://dai.ly/xoqei7

Controverses sur la réforme de la loi relative aux soins psychiatriques du 27 juin 1990

20090606-151338

« A la suite d’une question prioritaire, le conseil constitutionnel a décidé que la loi de 1990, qui organise les soins sans consentement en psychiatrie, devait être réformée.

Cette réforme permet une intervention du juge des libertés et de la détention (JLD) pour le maintien d’une personne en hospitalisation sans son consentement pour une période de plus de 15 jours.

Les travaux menés en 2010 ont débouché sur le vote d’une nouvelle loi par le parlement le 22 juin 2011, applicable depuis le 1er août 2011. »

http://www.sante.gouv.fr/la-reforme-de-la-loi-relative-aux-soins-psychiatriques.html

http://www.sante.gouv.fr/la-reforme-de-la-loi-psychiatrie-de-1990-8-points-cles-pour-vous-guider.html

Le contrôle du JLD dans le cadre des mesures de soins  psychiatriques sous contrainte

http://affairesjuridiques.aphp.fr/IMG/pdf/Controle_du_JLD.pdf

Colloque-Psychiatrie-et-Justice_lightbox

24 octobre 2013 : Colloque Psychiatrie et Justice – Palais Beaumont – Pau

L’hôpital et la justice sont des institutions aux missions bien différentes. Il s’agit souvent d’une relation complexe où chacun doit collaborer tout en gardant son identité et ses prérogatives.

logodes39

Antoine Machto, psychologue,  membre du Collectif des 39 « contre la nuit sécuritaire », nous explique pourquoi les professionnels de la psychiatrie dénoncent le contenu, l’utilité et l’applicabilité de cette réforme.

« Antoine Machto : La notion de « péril imminent » permet d’exclure le médecin et les proches de la décision d’internement, ce qui créé une nouvelle possibilité d’internement, en sus des deux possibilités déjà existantes [NDLR : l’hospitalisation à la demande d’un tiers et hospitalisation d’office]. Le problème c’est qu’on ne sait pas très bien à quoi cette notion correspond : on pourrait très bien imaginer que la police amène une personne à l’hôpital psychiatrique en disant « cette personne doit être hospitalisée », sans possibilité de faire autrement que de l’accepter pendant 72 heures, période d’observation prévue dans le projet de loi que nous avons appelé « garde-à-vue psychiatrique ». »

Interview intégrale : http://videos.doctissimo.fr/psychologie/sante-mentale/psychiatrie-loi-securitaire-et-inapplicable-interview-antoine-machto-psychologue.html