Mémoire de larmes d’un casque lourd


17021375_1479396825428319_9666489597998122_n.jpg

RESTES HUMAINS

Il est temps
Oui, c’est le bon moment
En toi, il reste une part d’humain
Tu dois juste attraper cette main
Vas-y, assieds-toi un instant
De te reconstruire, il est temps
Lors de ton arrivée dans nos locaux
Tu nous a trouvés très inamicaux
Nous avions été obligés de t’attacher
Nous te disions de ne rien lâcher
Tu étais en totale souffrance
D’où te venait toute cette violence
Obligés de te faire une piqûre
A cet instant, tu étais dos au mur
A ton réveil, tu as demandé où tu étais
Que tu voulais sortir, retrouver ta liberté
Nous t’avons expliqué cette mise à l’abri
De tes reviviscences et de leurs bruits
Ici, tu iras de mieux en mieux
Aujourd’hui, tu peux me parler de ces lieux
De ces choses que tu as en tête
Ces visions d’horreurs qui empestent
Tu t’es égaré dans de mauvaises pensées
De vouloir t’éliminer. On ne fait que te panser
En toi, nous avons bon espoir
Mais tu dois continuer à y croire
Te détruire, sombrer dans l’addiction
Cela n’était pas la bonne solution
Tu espérais tuer ce vilain ver qui te ronge
Tu absorbais de l’alcool telle une éponge
Parfois, tout se mélange dans ta tête
Tu n’as plus l’esprit à faire la fête
Lorsque qu’une méchante crise d’angoisse
Survient par surprise, c’est la poisse
Malgré les erreurs, les douleurs
Aujourd’hui, tu annonces la couleur
Dans la profondeur de tes pupilles
Toute ton histoire est là, elle scintille
Tu as payé le prix fort
Pour arriver jusqu’ici, après tant d’efforts
Dressé devant de nombreuses personnes
Dans tes paroles, tes maux résonnent
Survivre n’est pas chose facile
Pour certains, le chemin de vie est difficile
La culpabilité, la désolation, sont perceptibles
Tu as vu le mal choisir tant de cibles
De jeunes enfants, hommes et femmes
Dans l’enfer, de la guerre, des flammes
Parfois, tu fais couler l’encre noire
Pour projeter tes idées noires
Tu sembles faire danser les rimes
Pour que certaines personnes impriment
Dans le regard de tes proches tu n’es plus le même
D’un tel chemin, comment en revenir indemne
En tes rêves, en tes espérances
Tu y crois encore malgré la souffrance
A tous ceux qui te disaient de te taire
Tu leurs a prouvé que tu pouvais le faire
Ne laisse jamais le mal te vaincre
De continuer à vivre, tu dois te convaincre
De toi, tu donnes toujours le meilleur
En soldat, tu accomplis ton rôle de veilleur
Pas un jour sans prières à tes frères d’armes
Pas un jour sans pensées aux familles en larmes
Regarde autour de toi, il y a encore des humains
Aujourd’hui, c’est toi qui nous tend la main

Xavier Geoffroy

https://www.facebook.com/memoiredelarmesduncasquelourd/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s