CHINATOWN (Critique)


Les Chroniques de Cliffhanger & Co

chinatown affiche cliff and co

SYNOPSIS: Gittes, détective privé, reçoit la visite d’une fausse Mme Mulwray, qui lui demande de filer son mari, ingénieur des eaux à Los Angeles. Celui-ci est retrouvé mort, noyé. Gittes s’obstine dans son enquête, malgré les menaces de tueurs professionnels. 

1968 est une année exaltante pour le cinéaste Roman Polanski, devenu célèbre à travers le globe suite au triomphe, à la fois critique et public, de Rosemary’s Baby, son premier film hollywoodien produit par Robert Evans. Début 1973, quatre années avant que l’affaire de crime sexuel sur mineure n’éclate, c’est tout autre chose. Roman Polanski est exilé à Rome depuis quelques années après y avoir tourné Quoi ?, une comédie criarde avec Marcello Mastroianniqui, en dépit de son bide au box-office, lui permit d’achever le deuil de sa défunte épouse Sharon Tate, sauvagement assassinée dans la nuit du 9 août 1969 par les membres de…

Voir l’article original 2 379 mots de plus

Une réflexion sur “CHINATOWN (Critique)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.