Les portraits-robots


Roger Dambron, le père du portrait-robot

Utilisé depuis les années 1950, le portrait-robot visuel est aujourd’hui concurrencé par une nouvelle méthode, qui s’appuie sur des tests génétiques. Grâce aux traces d’ADN laissées sur la scène de crime, les enquêteurs sont capables de déterminer des caractéristiques physiques du suspect, comme l’âge, la couleur des cheveux ou des yeux, le sexe ou les origines. Et cette technique ne cesse de s’améliorer.

Comment un portrait-robot est-il réalisé? Qui dresse les portraits-robots? Quelles sont les qualités d’un bon « portraitiste »? Quels sont les petits secrets de ce métier?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.