Mondualisation

dans-la-lumiere-de-l-impressionnisme-edouard-debat-ponsan-1847-1913.jpg

(Peinture d’Edouard Debat Ponsan -la vérité sortant du puits)

 

Publicités

Possession – Andrzej Żuławski

60051_front.jpg

 

« Véritable tour de force pour les acteurs, tant ils donnent une prestation physique, hallucinée, hystérique et violente, Possession est considéré comme une allégorie sur le double : intime, amoureux, sexuel, spirituel et politique (les travellings répétés sur le Mur de Berlin en sont un exemple).

On peut y voir une critique virulente du communisme et du totalitarisme qui installent un climat de paranoïa, poussent à l’action irraisonnée ou irrationnelle, contrôlent la vie privée et détruisent les individus dans lesquels ils s’immiscent de manière démoniaque.

Au début, Marc, le protagoniste, rentre d’un long voyage et retrouve sa femme transformée. Il demande à sa direction un congé spécial pour s’occuper de sa famille et tout laisse à penser qu’il travaille pour une police secrète. Marc et Anna, son épouse, voient ensuite émerger au fil du récit leurs doubles dociles et effrayants, Marc 2 et Anna 2, incarnations tétanisantes d’un idéal totalitaire. »

(Source : Wikipédia)

« Le plus étrange reste que Possession est sans doute ce qui se rapproche le plus d’une histoire d’amour. Les personnages se jalousent, s’aiment, se désirent, se trompent, se détestent, font l’amour, font preuve d’une forme d’hystérie dévastatrice. Żuławski offre un film qui questionne sans cesse son spectateur sur les relations entre les Hommes et les conséquences de ces liens souvent toxiques. C’est en cela que Possession reste l’un des meilleurs films du cinéaste et pour beaucoup un objet de culte. Un indispensable de tout cinéphile qui voudrait vivre une expérience cinématographique intense. »

(Source : http://www.lebleudumiroir.fr)

Analyse

http://www.courte-focale.fr/cinema/analyses/possession/

Doble asesinato en la calle Morgue. Robert Florey. 1932.

Doble asesinato en la calle Morgue. Robert Florey. 

TODO NEGRO

doble-asesinato-de-la-calle-morgueEs una nueva piedra en la historia del cine en los años 30. Piedra en el buen sentido, como hito, por la manera de expresar sentimientos a través de un nueva mirada unida a una nueva temática, generadora indudablemente del famoso cine negro americano de los 40.

Pero yo voy a centrarme en la mirada y la temática. Luego os presentaré a Carmen, que en su blog Carmen Pinedo Herrero que también ha realizado su particular visión de esta película desde la escenografía expresionista. Si váis a visitarla, no os olvidéis volver.

Como ya he dicho, la nueva mirada es consecuencia de la influencia del cine alemán expresionista. ¿Qué novedades tenía este nuevo cine?  Seguro habréis visto « El gabinete del doctor Caligari » (1920), muda,  precedesora de ésta, y que al contrario que « Doble crimen en la calle Morgue », no es estadounidense, sino de origen alemán y considerada como la primera película del cine alemán expresionista.

Los…

View original post 560 mots de plus

La mort de l’Imam Hussain et la bataille de Karbala – Imam Hussein’s death and The Battle of Karbala

 

21768066_819627971553106_4361199909740959773_n.jpg

 

Les musulmans se déchirent à Kerbala

https://www.herodote.net/10_octobre_680-evenement-6801010.php 

http://im.imamhussain.org/french/villesaintedekarbala/3889

Les larmes d’Hussein – Michel Tabet

http://information.tv5monde.com/info/entretien-avec-michel-tabet-cineaste-libanais-5243

kerbela-1.jpg

Battle of Karbala

https://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Karbala